Premier Jour redevient Made in France

Une fois n’est pas coutume, voici un article que je n’ai pas écrit mais qui provient d’une dépêche qui m’est fortuitement tombée entre les mains (oui, j’ai toujours des amis dans certaines rédactions…). Elle concerne le joaillier Mauboussin, qui a annoncé qu’il allait rapatrier d’Inde vers la France la production de sa bague la plus vendue, tout en développant résolument ses ventes à l’international alors que la crise pèse sur son marché domestique. Comme je ne savais pas si j’étais autorisée à utiliser cette dépêche lorsqu’elle m’est arrivée, j’ai attendu un peu. La voici donc :
La bague Premier Jour, vendue à 2 500 exemplaires par an en trois couleurs d’or, sera fabriquée dès juin par un sous-traitant près de Lyon. « Les conditions de service dans lesquelles on est amenés à réassortir sont clés et seront (ainsi) meilleures« , a relevé Alain Némarq, PDG de Mauboussin. A l’heure où l’on réduit les stocks, « avoir la production en France est beaucoup plus avantageux« . « Le cycle de production va gagner deux semaines: en France c’est 4 semaines et demie, à l’étranger 6 semaines et demie« , a expliqué M. Némarq, aux commandes de Mauboussin depuis mai 2002. La fabrication coûtera certes « un peu plus cher » à cause du prix de la main d’oeuvre, mais « ce qui est le plus marquant dans le prix de revient du produit, c’est la matière première, pas la façon« , assure-t-il. Le joaillier lancera prochainement un autre modèle de bague, Eternité Marine, qui sera fabriqué par le même sous-traitant près de Lyon, chez lequel une bonne dizaine d’emplois devraient être ainsi créés, d’après M. Némarq.

Bague Premier Jour de Mauboussin en or blanc

Bague Premier Jour de Mauboussin en or blanc

Si Mauboussin fait fabriquer à l’étranger les trois quarts de ses produits (en 30% Chine, 25% Inde et 20% Thaïlande), c’est, dit-il, parce que « le groupe n’a pas trouvé d’usine il y a 11-12 ans qui fasse crédit à un groupe de petite taille alors dans une situation périlleuse« . Des sous-traitants en Asie, certains travaillant pour Tiffany, ont eux accepté, explique Alain Némarq. « On ne va pas subitement tout rapatrier en France. Mais si je peux faire fabriquer en France je préfère, ça me simplifie considérablement les choses« , dit celui qui n’a jamais fait mystère de ses productions réalisées à l’étranger et n’a pas hésité à faire de la publicité dans le métro, cassant ainsi les codes de la profession.

Bague Premier Jour de Mauboussin en or blanc et diamants

Bague Premier Jour de Mauboussin en or blanc et diamants

Mauboussin, qui compte 200 salariés (dont 150 en France et une cinquantaine au Japon, à Singapour et aux Etats-Unis), a réalisé en 2012 un chiffre d’affaires de 69 millions d’euros, contre 12 millions d’euros dix ans plus tôt au moment de sa reprise. Il vend environ 90 000 pièces de joaillerie et 20 000 montres par an, dont des modèles à quelques centaines d’euros, ainsi que des stylos, lunettes et parfums sous licences. L’objectif est de faire « 100 millions d’euros de chiffre d’affaires d’ici trois ans, à moitié en France et à moitié à l’étranger« , contre 75/25 actuellement, indique M. Némarq. Et ce, avec une production à moitié en France et à moitié à l’étranger, contre 25/75 aujourd’hui. Depuis le deuxième semestre 2012, le groupe ressent « la crise sur le marché français » et est « en recul au premier trimestre 2013« , explique le PDG. Le groupe compte 67 magasins en France et en comptera « probablement dix de plus d’ici la fin de l’année« , mais « cette année notre croissance se fera à l’extérieur de la France« , prédit M. Némarq. D’où l’intérêt de s’étendre à l’international. Mauboussin a dix points de vente au Japon (où il affiche « 25% de croissance« ), des magasins à New York, à Luxembourg, à Singapour et en Thaïlande, et des corners en Belgique. Il vend aussi via des distributeurs en Russie et via des franchisés en Algérie (Alger), au Maroc (Casablanca, Marrakech et Rabat) et à Beyrouth. « Des franchises ouvriront début mai à Koweït et à Tel-Aviv, fin mai à Dubaï« , et également bientôt à Beyrouth, indique M. Némarq. « La boutique à Alger marche fabuleusement bien: on a fait plus de 600 000 euros de chiffre d’affaires en cinq mois. Et on va ouvrir d’ici la fin de l’année à Oran« , dit-il. Mauboussin est aussi « en négociations » pour ouvrir en franchise à Pékin à l’automne. Le groupe a augmenté son capital de 10 millions d’euros fin février. M. Némarq en détient un peu plus de 9%. L’actionnaire principal, l’homme d’affaires Dominique Frémont, en possède 67%.

Publicités
Cette entrée a été publiée dans Actu. Bookmarquez ce permalien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s