Philippe Tournaire…, l’électronique attendra !

C’est marrant, des fois on admire un travail, et on découvre une belle histoire derrière. C’est le cas de Philippe Tournaire, un créateur dont j’ai apprécié le travail via ses bagues « architecture » :

bague-architecture-cite-carree-xs bague-architecture-new-york-xs bague-architecture-pagode-chinoise bague-french-kiss-et-topaze-bleue

Et en particulier CETTE bague, pour laquelle j’avais eu un coup de foudre et qui, apparemment, n’est plus disponible sur le site du créateur (je pleure en silence, oui, oui) :

PhilippeTournaire-architectural-rings

Or, au commencement, Philippe Tournaire n’est pas bijoutier, et se félicite d’ailleurs de ne pas avoir appris le métier de joaillier : une « chance qui lui a donné une totale ouverture d’esprit« . Ce diplômé en électronique s’est pour ainsi dire formé par l’observation : à chaque voyage à Paris, il passait de longues heures au Musée de l’Homme, Place du Trocadéro, afin de comprendre comment les premiers hommes arrivaient à façonner des objets selon des méthodes primitives et à les transformer en parures et autres ornements. Aujourd’hui, Philippe Tournaire n’hésite pas à utiliser des techniques ancestrales pour réaliser ses bijoux, sculptés à la main.

pendentif-cascade-diamants-n1 pendentif-lock-love-rond-large-en-or-avec-cadenas-et-chaine

Mais revenons en arrière. A ses débuts, et pendant une dizaine d’années, il a travaillé seul dans une cave abandonnée, aménagée en atelier de création. « Au début je ne voulais pas travailler l’or ou les métaux précieux. Mes créations étaient en galet. Puis une compagnie pétrolière a eu une idée originale. À chaque plein d’essence on recevait une pierre fine. Ces pierres, je les ai utilisées dans mes premiers bijoux, imaginés pour des amis. Enfin, le bouche à oreille s’est mis en route. Les amis de mes amis m’ont demandé de réaliser des alliances, des médailles, des bagues de fiançailles…« . Face à la demande et afin de se doter d’une « vitrine », il décide, en 1984, d’ouvrir une boutique à Montbrison, ville proche de son village natal (à côté de Saint-Etienne). A la même époque, il expose dans des salons d’Art Contemporain, en particulier à Paris, en Belgique et en Allemagne. « Le contact avec d’autres artistes-créateurs a été très bénéfique. Il m’a obligé à rompre avec la « solitude du créateur de fond » et à me surpasser« , souligne le créateur.

triptyque

Philippe Tournaire décide donc de poursuivre l’expérience et ouvre son deuxième magasin à Lyon, rue Édouard Herriot, près de la place Bellecour pour ceux qui connaissent. Il ouvre ensuite en 2004 un troisième magasin à Paris, sur la Place Vendôme. (Une autre boutique parisienne a éclos en 2009, rive gauche, au 51, Rue de Rennes). Enfin, la même année, la société a inauguré son premier « shop in the shop » à Pékin dans la plus grande boutique de son partenaire chinois, Hiersun. Aujourd’hui, Philippe Tournaire réunit autour de lui une vingtaine de personnes.

bagueLimoges bagueobservatoire

Contrairement à ce que mes images pourraient laisser penser, Philippe Tournaire est bel et bien un passionné de pierres, qui les traque au cours de nombreux voyages, et passe ensuite des heures à les assembler afin de les mettre en valeur au mieux  :

colliermarelie pendentif-cascade-diamants-n1 pendentifgourmandise

Vous l’aurez compris, l’univers de cet artiste m’a séduite tout autant que ses créations. Nul doute que c’est l’approche artisanale, presque ancestrale, de son métier qui aura retenu mon attention.

Publicités

2 réflexions sur “Philippe Tournaire…, l’électronique attendra !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s