Le Grand Palais dévoile des trésors

Souvenez-vous, je vous avais parlé de l’expo Révélations au Grand Palais, ici. Je reviens dessus parce que j’ai assisté au vernissage hier soir et, si vous avez la chance d’habiter sur Paris ou d’y passer, il faut absolument y aller.
Pourquoi ?
Parce que, au-delà de la bijouterie, dont je vais vous parler, il y a pléthore de métiers d’art qui sont représentés et que, encore une fois, les exposants sont généralement adorables et ravis de partager leurs passions. La visite de l’exposition est donc très enrichissante et les pièces exposées sont souvent surprenantes.  Ici, des créations Daum dont le sublime cheval imaginé pour la marque par Salvador Dali.

034 035 036
Côté bijoux, j’ai découvert des créateurs étonnants, et rencontrés certains dont je suis le travail depuis quelques temps déjà, comme Laurence Oppermann.

Je pense que je reviendrais plus en détail sur chacun des créateurs que j’ai rencontré. Dans un premier temps, je veux juste vous montrer un aperçu de cette exposition côté bijoux.

En arrivant, je suis ‘tombée’, ou presque, sur le stand d’Hélène Courtaigne Delalande, qui travaille de sublimes pierres. Malheureusement, l’éclairage des présentoirs avec une lumière arrivant du bas ne permet pas de rendre justice à la beauté des gemmes (après mes quatre tentatives, un exemple d’image tirée de son site) :

revelations7

revelations4

001 revelation1

cleopatre

J’ai ensuite flashé sur le présentoir de la marque Nyamanti, alias Anais Rheiner, une jeune femme adorable et bourré de talent et dont les créations ont attiré foule (à vrai dire je crois que je suis devenue sa nouvelle groupie) :

013 015 017 019

La magnifique bague en corail et tous les bijoux de cette créatrice sont visibles sur son site. En voici une image moins pourrie que la mienne :

Revelations017bis

Petit détour par le stand d’Emmanuelle Dupont, brodeuse formé à Rochefort, et qui se définit comme « peintre et sculpteur ‘à l’aiguille’« . J’ai adoré son travail, d’une précision sans faille, sa modestie et son extrême gentillesse :

027 028 029 031 032

Petit passage ensuite du côté de la marque Lauclem, alias Laurentine Périlhou et Clément Smolinski qui créent des pièces à base de tissage macramé, que j’avais déjà évoqué dans mon pré-papier sur l’exposition. De visu, leur travail est vraiment saisissant :

039 041 042 043 revelations9 revelations10

Là encore, des créateurs jeunes, charmants et disponibles, ravis d’expliquer leurs méthodes de travail.

J’ai ensuite flashé sur les  créations de l’exubérante et talentueuse Aline K, dont le stand au grand palais est d’autant plus appréciable qu’elle part s’installer en Italie!

044 045 revelations11 revelations12 revelations13 revelations14

Véritable sensation de Révélations, le stand de la maison Inédit, qui non seulement présente des pièces magnifiques, mais surtout a eu la très très bonne idée d’installer un établi au beau milieu de son stand, et avec de vrais artisans aux commandes. Plutôt jeunes et sexy les artisans, ça aide, forcément !

revelations15

Je ne peux malheureusement pas vous montrer les créations de Isabelle Leourier, artisan créateur textile haute-couture et modiste, ni celles de Sarah Radulescu, ni celles d’Esther Assouline, dont le travail me séduit totalement. Malheureusement, ces créatrices ne souhaitaient pas de prises de photo…

Voici tout de même une petite image du travail de cette dernière (oui, j’adore) :

esther

Et puis une image d’un des bracelets de Laurence Oppermann, que j’ai pu rencontrer et qui est absolument charmante. Le bracelet en question est constitué de médailles religieuses :

038

Enfin, n’oublions pas la rubrique « people ». J’ai lamentablement raté la visite de Son Altesse Royale Mette-Marit, la Princesse héritière de Norvège,même si j’ai vue ladite altesse de loin, mais je me suis rattrapée avec Gary Dourdan, dont je ne connais toujours pas la raison de la présence mais bon, passons  :

048

En conclusion, plein de (bonnes) raisons d’aller voir Révélations et j’espère que mon billet vous aura un peu donné envie!

Publicités

Pour Cate. Et Repossi

Certains services de presse de maisons ou de bijoutiers m’envoient des images de stars, prises lors d’événements comme une avant-première de film, une soirée sur tapis rouge ou autre raout mondain où tout le gratin people se presse. La plupart du temps, je les ignore superbement, en me disant que si je commence à relayer ce genre de soirées, autant me transformer en journaliste people. (J’avoue, cette année, pendant le festival de Cannes, la tentation fut grande pourtant…).

Bref, malheureusement pour elles, certaines marques ne communiquent que de cette manière.  (et en même temps, ils doivent se foutre royalement que je parle d’eux). (Ou pas).

Donc, je les zappe.

Sauf que Cate.

Blanchett.

Et Repossi.

La Maison a en effet eu la riche idée de m’envoyer les shootings de la première de Blue Jasmine.

caterepossi

Ils ne pouvaient pas savoir eux, que je suis une inconditionnelle de cette actrice sublime, touchante, délicate, bourrée de talent et de finesse de jeu. Bref, que je l’aime d’un amour de fan incontrôlable. Ou presque.

Du coup (forcément hein), je me suis penchée sur ce qu’elle porte et suis re-tombée amoureuse.

cate2

repossi

(OUi, je sais, je sais, c’est pathétique…)

Bref, cette bague, c’est ce qui doit être un des best-selling products of all times de la maison Repossi, tellement je la vois sur toutes les mains, – sauf la mienne hein. Mais vu que je ne suis pas (trop) rancunière, je vais tout de même vous dire qu’il s’agit de la fameuse ligne Berbère, ici en or blanc. (toutes les photos bijoux sont de Nickolas Lorieux).

Et comme je trouve cette bague très chouette, je vous rajoute quelques photos :

repossi3 ZZRepossi

Et ma préférée :

repossi2

La ligne rouge…

La ligne rouge…

Je confesse, ce blog est en jachère, pour cause de rentrée chargée, de dispersion personnelle, de sorties diverses et variées et, aussi, de flemme de pré-rentrée. Mea culpa, mea culpa! Pourtant, les actualités ne manquent pas! Commençons par la marque Redline, qui m’a gentiment ouvert les portes de son showroom (et accessoirement, de ses ateliers).

Quitte à rester dans le domaine de la confession, je dois avouer que, pour moi, Redline, c’était une marque que je n’apparentais pas tellement au secteur de la bijouterie mais plutôt le déploiement d’une idée maline : un fil, un diamant, et hop, le tour est joué. Du coup, dans mon esprit, à part de jolis bracelets, la marque n’avait pas tellement à revendiquer…, et j’étais plus que curieuse de voir ce qu’ils avaient à dire…

Evidemment, je me trompais.

Car j’ai découvert, dans l’écrin de la rue Saint-Honoré, à deux pas de Louvre, une société familiale (c’est le frère de la créatrice, – absolument charmant-,  qui m’a fait les honneurs de la maison), qui a bien développé son activité, même si celle ci reste centrée sur le diamant et l’incontournable bracelet…

IMG_6906 IMG_6909

Car, il y a aussi là des bagues,

IMG_6908 IMG_6910

Une collection pour hommes :

IMG_6913

Portés, j’ai trouvé que les bracelets ‘tombaient’ très bien sur un bras masculin (ou féminin d’ailleurs) : c’est unisexe sans être trop fragile et surtout sobre et très classe. Je vous laisse juger :

IMG_6912

Une autre collection est dédiée aux enfants, (bien pratique pour un cadeau de baptême si, par exemple, les parents sont de confession différentes…)

IMG_6915

IMG_6914

Enfin, bien évidemment, nous avons évoqué les actualités de la rentrée. Au programme, notamment, cette nouvelle collection de bracelets, baptisée Etincelant et qui voit s’entremêler trois fils, au cœur desquels des perles de culture font ressortir tout l’éclat des diamants :

IMG_6907 IMG_6918

Côté actualités également, le 7ème anniversaire de la marque, qui, pour l’occasion a demander à 7 créateurs (dont Imany, Ladurée, l’artiste Smiley et Sarah-Jessica Parker), d’imaginer une création en rapport avec l’esprit de la marque… Le résultat est très surprenant et pas forcément ‘portable’…

IMG_6916

Last but not least, du 27 au 30 septembre, Redline exposera ses collections au salon « Première Classe » dans les jardins des Tuileries durant la deuxième session de la Fashion Week de Paris.

Je garderai de cette journée portes ouvertes l’image d’une marque jeune, dynamique, incarnée par des gens très sympathiques, ouverts et serviables, souriants, emballés par les produits qu’ils vendent (et portent) et qui nous ont fait les honneurs de leurs ateliers (pas de photos autorisées malheureusement).