Cartier, la suite

Je vous parlais hier de l’excellente exposition Cartier. Le style et l’histoire, au Grand Palais. Voici la suite de mon expédition ! Mais pas encore tout à fait la fin, non…

Je m’étais arrêtée aux pendules mystérieuses, une occasion de vous faire découvrir, presque sans transition, cette boîte à poudre de 1930, signé Cartier Paris pour Cartier Londres, en argent vermeil, platine, laque noire, corail et diamants taille rose. Cette boîte comprend un miroir, un compartiment à poudre et un tube de rouge. A priori, pas celui figurant sur l’image, puisque ce dernier est daté de 1935, et c’est un tube de rouge avec montre intégrée ! Il y en a plusieurs dans cette expo (des étuis à rouge) qui ont fait chavirer mon petit cœur ! (alors que, précisons, si j’utilise du rouge une fois par mois, c’est un maximum… Le cœur a ses raisons…)

Boîte à poudre de 1930, signé Cartier Paris pour Cartier Londres, en argent vermeil, platine, laque noire, corail et diamants taille rose. Tube de rouge. 1935, Cartier

Boîte à poudre de 1930, signé Cartier Paris pour Cartier Londres, en argent vermeil, platine, laque noire, corail et diamants taille rose. Tube de rouge. 1935, Cartier

Les images suivantes montrent un autre nécessaire, daté de 1931-1933, issu de la collection Cartier et parsemé de rubis :

Nécessaire, daté de 1931-1933, issu de la collection Cartier

Nécessaire, daté de 1931-1933, issu de la collection Cartier

IMG_7941

Toujours dans le registre de la toilette, le peigne de l’image ci-dessous m’a littéralement emballé. Il s’agit d’une commande de Barbara Hutton de 1937, en platine, écaille blonde, diamants taille baguette, ancienne, brillant et 8/8. Il est accompagné de son étui à découpe profilée. Le cadre de la photo comporte un portrait sur plaque d’ivoire de Barbara Hutton ; il s’agit d’une commande de M. Frank L. Hutton, père de Barbara Hutton, datée de 1931.

Peigne de Barbara Hutton de 1937, en platine, écaille blonde, diamants taille baguette, ancienne, brillant et 8/8. Le cadre de la photo comporte un portrait sur plaque d'ivoire de Barbara Hutton ; il s'agit d'une commande de M. Frank L. Hutton, père de Barbara Hutton, datée de 1931.

Peigne de Barbara Hutton de 1937, en platine, écaille blonde, diamants taille baguette, ancienne, brillant et 8/8. Le cadre de la photo comporte un portrait sur plaque d’ivoire de Barbara Hutton ; il s’agit d’une commande de M. Frank L. Hutton, père de Barbara Hutton, datée de 1931.

Mais revenons un peu aux bijoux, et aux pierre chatoyantes !

Le collier suivant, archi-connu, est un collier hindou de 1936, commande de Daisy Fellowes, transformé en 1963, en platine, or blanc, diamants taille marquise, baguette et ronds raille ancienne, treize saphirs taille briolette pour un poids total de 146,90 carats, deux saphirs gravés en forme de feuille de 50,80 et 42,45 carats, boules de saphirs, un cabochon de saphir, émeraudes carrées gravées, boules d’émeraudes côtelées et lisses cabochons d’émeraudes, rubis gravés en forme de feuille, boules de rubis lisse et gravées et cabochons de rubis.

Collier hindou de 1936, commande de Daisy Fellowes, transformé en 1963

Collier hindou de 1936, commande de Daisy Fellowes, transformé en 1963

Le jeu étant de toutes les repérer, je suis sympa et je vous mets une meilleure image !

Collier hindou, cartier

Collier hindou, cartier

Restons en orient, avec cette paire de pendants d’oreilles, signée Cartier New York en 1926, en platine, diamants ronds taille ancienne et 8/8, deux anneaux de jade, cabochons et boules de corail, émail rouge pour les motifs chinois. Le motif en émail est un idéogramme, version simplifiée du symbole chou, qui signifie longue vie.

Pendants d'oreilles de 1926, Cartier New York

Pendants d’oreilles de 1926, Cartier New York

Egalement en jade, ce fume-cigarette date de 1925. Signé Cartier Paris, il est en platine, jade blanc, jade vert, onyx, et diamants taille rose. Un objet à vous faire regretter une non-addiction à la nicotine non ? (enfin, je dis ça, je ne sais pas trop, vu que oui, la nicotine, je connais…)

Fume-cigarette de 1925. Signé Cartier Paris, il est en platine, jade blanc, jade vert, onyx, et diamants taille rose.

Fume-cigarette de 1925. Signé Cartier Paris, il est en platine, jade blanc, jade vert, onyx, et diamants taille rose.

L’image suivante est une broche de 1922, issue de la collection Cartier. Elle est en platine, diamants ronds taille ancienne et 8/8, une émeraude de forme poire de 19,45 carats, une émeraude boule percée, cabochons d’émeraude, corail et onyx :

broche de 1922, collection Cartier

broche de 1922, collection Cartier

Ci-dessous, une broche-cliquet Boteh en or, platine, diamants ronds taille ancienne et 8/8, rubis suiffés, jade gravé et percé, émail noir. Datée de 1925, elle est signée Cartier Paris :

broche-cliquet Boteh en or, platine, diamants ronds taille ancienne et 8/8, rubis suiffés, jade gravé et percé, émail noir, datée de 1925

broche-cliquet Boteh en or, platine, diamants ronds taille ancienne et 8/8, rubis suiffés, jade gravé et percé, émail noir, datée de 1925

Le bijou de la photo ci-dessous est plus ancien puisqu’il date de 1913. Il s’agit d’un pendentif égyptien en platine, diamants de forme triangulaire et poire, diamants ronds taille ancienne, 8/8 et rose, Onyx calibrés et de forme fantaisie Serti millegrain. Il est issu de la collection Cartier.

Pendentif égyptien de 1913, Cartier.

Pendentif égyptien de 1913, Cartier.

Pour terminer cette série orientalisante, et après les émeraudes, passons du côté du rubis, avec cette bague Boule,  signée Cartier Paris en 1964, en or godronné, platine, diamants taille brillant et boules de rubis.

Bague Boule, signée Cartier Paris en 1964 en or godronné, platine, diamants taille brillant et boules de rubis.

Bague Boule, signée Cartier Paris en 1964 en or godronné, platine, diamants taille brillant et boules de rubis.

Enfin, le collier qui suit est un collier de chien en rubis, perles et diamants, signé Cartier en 1931. Il s’agit d’un élément d’une parure de trois colliers imposants commandés par le maharajah de Patiala pour la maharani. 

Collier de chien en rubis, perles et diamants, signé Cartier en 1931.

Collier de chien en rubis, perles et diamants, signé Cartier en 1931.

La suite (et la fin je pense!), au prochain épisode!

Publicités

2 réflexions sur “Cartier, la suite

  1. Pingback: Cartier, suite et (peut-être) fin ! | unvraipetitbijou

  2. Pingback: Cartier à la bonne heure | unvraipetitbijou

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s