Et si on allait à Genève ?

Et si on allait à Genève ?

Ce serait l’occasion d’une petite visite touristique sous la neige, mais surtout un moyen d’admirer l’exposition « Van Cleef & Arpels à Genève, 50 ans d’histoires », qui se tient actuellement en Suisse.

La boutique Van Cleef & Arpels de Genève dévoile avec éclat le patrimoine et le savoir-faire de la célèbre Maison de la place Vendôme le temps d’une exposition de plus de 150 créations. Du 16 novembre 2013 au 1er mars 2014, une quarantaine de pièces anciennes issues de la Collection Van Cleef & Arpels sera ainsi présentée aux côtés d’une centaine de prêts exceptionnels de collectionneurs et d’une sélection de bijoux Héritage. À quelques envolées du lac Léman, la boutique Van Cleef & Arpels de Genève a été récemment rénovée. Elle dévoile sur plus de 200 m² « une succession de salons remarquables par leurs volumes généreux et leurs tonalités poudrées (…). Chaque détail contribue à recréer l’atmosphère feutrée d’un appartement privé où l’on se sent accueilli comme un hôte« , souligne la Maison.

Trois thématiques se dégagent de l’exposition : couture, exotisme et nature. Et, pour vous donner l’eau à la bouche, quelques photos illustrant ces thèmes. Commençons par la thématique Couture :

Collier Zip Antique Coupoles, 2013, Or blanc, saphirs mauves, diamants. Collection Privée

Collier Zip Antique Coupoles, 2013, Or blanc, saphirs mauves, diamants. Collection Privée

Minaudière Églantine, 1938, Or jaune, Serti Mystérieux rubis. Collection Van Cleef & Arpels

Minaudière Églantine, 1938, Or jaune, Serti Mystérieux rubis. Collection Van Cleef & Arpels

Clip Pochette, 2002, Ors blanc et rose, Serti Mystérieux rubis, diamants. Collection Privée

Clip Pochette, 2002, Ors blanc et rose,
Serti Mystérieux rubis, diamants. Collection Privée

La thématique Exotisme n’est pas en reste :

Bracelet d’inspiration égyptienne, 1924, Platine, saphirs, rubis, émeraudes, diamants. Collection Van Cleef & Arpels

Bracelet d’inspiration égyptienne, 1924, Platine, saphirs, rubis, émeraudes, diamants. Collection Van Cleef & Arpels

Étui à cigarette d’inspiration persane, 1927, Platine, or jaune, émail, jade, corail, nacre, diamants. Collection Van Cleef & Arpels

Étui à cigarette d’inspiration persane, 1927, Platine, or jaune, émail, jade, corail, nacre, diamants. Collection Van Cleef & Arpels

Collier Ibiza, 1970, Or jaune, améthystes, corail, diamants. Collection Privée

Collier Ibiza, 1970, Or jaune, améthystes, corail, diamants. Collection Privée

Enfin, la thématique Nature réserve elle aussi de bien belles surprises :

Clip Inséparables, 1946, Platine, or jaune, saphirs, rubis, diamants. Collection Van Cleef & Arpels

Clip Inséparables, 1946, Platine, or jaune, saphirs, rubis, diamants. Collection Van Cleef & Arpels

Clip Fontaine aux Colombes, 2008, Or blanc, saphirs, perle de culture, nacre, diamants. Collection Privée

Clip Fontaine aux Colombes, 2008, Or blanc, saphirs, perle de culture, nacre, diamants. Collection Privée

Collier Fleur de Pommier, 2005, Ors blanc et rose, Serti Mystérieux rubis, diamants. Collection Privée

Collier Fleur de Pommier, 2005, Ors blanc et rose, Serti Mystérieux rubis, diamants. Collection Privée

Fondé en 1906, au 22 place Vendôme, Van Cleef & Arpels voit le jour suite au mariage en 1895 d’Alfred Van Cleef, fils de lapidaire, et d’Estelle Arpels, fille d’un négociant en pierres précieuses.

Alfred et Estelle Van Cleef 1895

« Perpétuant les valeurs essentielles de savoir-faire, de transmission et de créativité, la Maison célèbre depuis plus d’un siècle l’excellence en matière de joaillerie. Repoussant toujours plus loin l’innovation technique, cette lignée de créateurs expérimente sans cesse de nouvelles formes comme la Minaudière™ et ses multiples compartiments et tiroirs à secrets, ou le collier Zip, réinterprétation magistrale de la fermeture à glissière« , explique encore la marque. Et c’est une centaine de bijoux et parures, qui ont été aimablement prêtés par les collectionneurs genevois, que pourront admirer les chanceux habitant Genève et les connaisseurs de passage.

La collection Héritage

Clip d’inspiration indienne, 1971, Or jaune, émeraudes, diamants. Collection Héritage

Clip d’inspiration indienne, 1971, Or jaune, émeraudes, diamants. Collection Héritage

Célébrant « l’élégance intemporelle de ses créations« , la Maison remet à l’honneur certaines d’entre elles, à travers la collection Héritage. Celle ci réunit des pièces Van Cleef & Arpels des années 1920 à 2000, ayant appartenu à des collectionneurs privés et acquises par la Maison afin d’être de nouveau proposées à sa clientèle. Mises en majesté sous des cloches transparentes, une quarantaine d’entre elles ont ainsi été soigneusement sélectionnées pour l’exposition.

Motifs d’oreilles d’inspiration indienne, 1971, Or jaune, émeraudes, diamants. Collection Héritage

Motifs d’oreilles d’inspiration indienne, 1971, Or jaune, émeraudes, diamants. Collection Héritage

Collier en platine, diamants et perles fines, circa 1933. Collection Héritage

Collier en platine, diamants et perles fines, circa 1933. Collection Héritage

Exposition Van Cleef & Arpels à Genève, 50 ans d’Histoires, du 16 novembre 2013 au 1er mars 2014. Ouvert du lundi au samedi de 10h à 17h. Fermeture le dimanche. Entrée libre.  Boutique Van Cleef & Arpels, 31 rue du Rhône – 1204 Genève, Suisse. Tél. : + 41 (0) 22 311 60 70.

Publicités

Visite au showroom 4 et dernière !

Voici enfin l’épilogue de ma visite au showroom Communication & Cie et de Nicolas Dal Sasso Communication, où je me suis rendue avec des amies (les épisodes 1, 2 et 3 ici, ici et ici). Et, pour finir en beauté, je vais vous parler de la maison Poiray, qui a signé une très belle collection de bagues pour fêter comme il se doit le passage à l’an 2014 !

Mais d’abord, un peu d’histoire : La Maison Poiray a été créée en 1974 par François Herail et Michel Hermelin. Elle figure parmi les dernières maisons de joaillerie et d’horlogerie de luxe à avoir rejoint le cercle fermé des maisons de la Place Vendôme, et a été à ce titre surnommée « La jeune fille de la Place Vendôme ». En 1985, Nathalie Hocq est arrivée au sein de la société et commencé une collaboration avec François Herail. De cette collaboration naissent des produits emblématiques de Poiray : la montre Ma Première avec ces célèbres bracelets interchangeables,

@MON_MG_PVF013 ma première

la ligne de bagues Tresse,

@tresse-452-242 POIRAY Joaillerie Collection TRESSE AMOUR  diamants

les cœurs entrelacés en 1988, les lignes Fidji et Roseau qui marient l’or et les perles ainsi que les parures en or et pierres fines.

Pour cette fin d’année donc, la Maison a lancé une collection de bagues aux couleurs chatoyantes et aux faux airs de bonbons acidulés :

Bagues-Poiray-2013

De petites merveilles qu’on aimerait bien croquer plus souvent !

IMG_7547 IMG_7548 IMG_7549

Visite au showroom 3

Souvenez-vous,  je vous ai déjà parlé de ma visite au showroom Communication & Cie et de Nicolas Dal Sasso Communication, où je me suis rendue avec des amies (ici et ici).  Une visite qui m’a également permis de découvrir la très talentueuse (et italienne) Maison Pasquale Bruni. Une maison qui réalise des pièces de toute beauté, dont cette collection fabuleusement colorée :

Ghirlanda Panarea_earrings_14553B Ghirlanda Positano_earrings_14609R Ghirlanda Positano_ring_14650R Ghirlanda Queen_jade

La maison Pasquale Bruni a été fondée en 1997 à Valenza, en Italie. Pasquale Bruni a commencé sa carrière dans des ateliers de bijoutiers de Valenza. Puis, en 1976, avec une équipe de 5 assistants, il a fondé Gioielmoda, une petite entreprise artisanale qui créait des bijoux. a small artisan firm that created jewelry. En 1997, le fondateur a décidé que la société avait besoin de grossir et de développer sa marque. C’est donc à cette date que Gioielmoda devint connue en tant que maison Pasquale Bruni.

Ci-après, la magnifique et très contemporaine Collection Sissi :

Collection Sissi

Collection Sissi

SISSI IO AMO_Bracelets Sissi Io Amo_collier_14665R Sissi Io Amo_earrings_14562R

A l’heure actuelle, la marque est restée familiale et est restée fidèle à l’esprit et à la vision de Pasquale Bruni, dont les bijoux exprimaient « une silhouette, une poésie, un mystère, et une chanson d’amour qui insuffle de la vie dans chaque design de pièce. Chaque création est une petite pièce d’art qui révèle un bout d’histire, qui communique de la beauté et qui encapsule des sentiments« .

Et bien évidemment, j’ai complètement craqué! Notamment sur la collection Prato Fiorito, dont toutes les petites fleurs en diamants sont montées de telle sorte qu’elle sont articulées et crépitent littéralement à chaque mouvement.

Prato Fiorito Pendant

Prato Fiorito Ring

Portée, elle sont encore plus jolies, non ?

IMG_7551

IMG_7552 IMG_7554

 

 

3615MAVIE

Je ne me suis pas trop épanchée sur ma vie privée dans ce blog. Si je le fais (un peu) aujourd’hui, c’est à la demande pressante de certaines de mes amies, qui pensent, à raison, que j’ai tort de ne pas partager avec mon lectorat l’expérience formidable que je vis en ce moment. 

Donc, pour faire court, je suis en reconversion professionnelle. Avant, j’étais journaliste, en presse spécialisée, poste que j’ai occupé pendant plus de 12 ans. Malheureusement, la presse va mal, et j’ai toujours été assez pessimiste sur le devenir de cette belle profession. Sentiment qui ne s’est pas amélioré quand j’ai subi une première liquidation en 2010. Pour plein de raisons, j’ai alors rempilé et fait partie d’une petite cellule qui a relancé un magazine from scratch, ou presque. Expérience palpitante et exténuante mais très enrichissante. Notre projet était viable, mais notre actionnaire, beaucoup moins… Fin 2012, re-liquidation judiciaire. Mais celle-ci, sans notre patron iconique, qui était à la fois un homme de presse et de pub, mais surtout un type épatant et profondément humain. A ce moment-là, et également pour plein de bonnes raisons à la fois professionnelles et personnelles, j’ai été volontaire au départ. Et j’ai profité de la période de mon « contrat de sécurisation professionnelle » pour monter un dossier de reconversion.

(Je vous passe ici les détails palpitants de ma vie dans les méandres de l’administration française, qui avait trouvé le moyen de paumer mon dossier, avant de me dire gentiment que mon projet, il était bien sympa, mais que ça aurait été plus pratique que je me fasse liquider en mai pour le financer. En gros.)

Bref, mon projet a fini par se monter grâce notamment à l’aide d’une association super qui s’appelle Cap Emploi et qui aide les demandeurs d’emploi handicapés à faire valoir leurs droits.

Parce que oui, je ne l’avais pas encore mentionné, mais je suis un travailleur handicapé, étant malentendante à près de 80% sur certaines fréquences.

Breeeef.

Me voilà de retour sur les bancs de l’école.

Pas n’importe quelle école, puisque je vais faire partie de la première promotion de l’Académie des métiers d’art. Une école formidable, avec plein de profs passionnés, ultra-professionnels, inspirants et motivants.

Je prépare un CAP de bijouterie-joaillerie, que je vais passer en juin 2014.

Et comme mes copines me tannent pour que j’en parle sur ce blog, que je poste des photos de l’atelier et que je leur montre (enfin) des bijoux, c’est ce que je vais faire, dans la section A bonne école !

Et hop, une première petite photo de notre atelier :

112

Des créateurs contemporains (et radicaux) chez BSL, courez-y !

Des créateurs contemporains (et radicaux) chez BSL, courez-y !

Pendant deux mois, du 21 novembre 2013 au 18 janvier 2014, la Galerie BSL consacre l’essentiel de son espace à « huit créateurs d’avant-garde, auteurs de bijoux et parures de corps à la frontière de l’art », souligne-t-elle. Les artistes exposés sont Alina Alamorean, Annja, Charlotte Cornaton, Goralska, Gaspard Hex, Dina Kamal, Lito Karakostanoglou et Kathy Ludwig.

Ce qui est particulièrement intéressant dans cette expo, c’est qu’elle regroupe des artistes aux positions complètement différentes, mais aux expressions très radicales. A tel point que certains travaux m’ont presque dérangée, comme ceux de Kathy Ludwig, lauréate du Goldsmiths College of Arts à Londres en 2013 et lauréate de la Design Academy d’Eindhoven en 2009 pour le projet ‘Hosting Parasites’, déjà édité par la galerie BSL :

kathyludwig KathyLudwig2

« Hosting Parasites est une collection de bijoux performatifs ou des objets à expérimenter en latex, ivoire, textiles, argent et porcelaine, qui viennent coloniser le corps/support de l’utilisateur, le marquer de son empreinte ou se fondre avec lui ». Je vous laisse y réfléchir.

Les bagues d'Annja

Les bagues d’Annja

Parmi les autres artistes hébergés, la talentueuse Annja, dont le travail autour des formes géométriques, d’influence cubiste ou constructiviste, m’a particulièrement séduite. Un petit souffle d’art déco twiste ses créations, axées autour d’un noyau-cellule en or jaune 18 carats.

J’ai également flashé sur une création de Lito Karakostanoglou, dont le travail autour de scarabées (véritables scarabées naturalisés), enserrés dans des colliers-cages, est une merveille de poésie délicate. La première est prise par moi (et ça se vit!), lors du vernissage : 

scarabées

Lito Lito2

Une artiste prolixe puisqu’elle signe également la collection Cubisme Diamant, colliers pièces uniques imaginés en hommage à ce mouvement de déconstruction et reconstruction des formes. « Les diamants blancs et noirs taille en rose viennent dessiner à la naissance du cou de délicieuses arabesques et d’inattendues perspectives, l’éclatement des volumes s’affirmant en de véritables parures tatouages de diamants, raffinées et luxueuses« , explique la galerie. Je n’aurais pas pu dire mieux !

Litodiamants

Lito3diamants

Passons ensuite aux créations de Gaspard Hex, que j’ai la chance de voir évoluer au sein de notre atelier (et en disant cela, je me rends bien compte qu’il va falloir que je vous fasse un 3615MAVIE dans pas longtemps) :

Gaspard1 Gaspard2

Un univers noir mais pourtant lumineux, qui évoque pour moi de la matière en fusion, un magma en reconstruction perpétuelle :

Gaspard3

Enfin, je ne peux terminer ce papier sans parler du formidable travail d’Alina Alamorean, artiste hors norme qui puise son inspiration littéralement partout.

AlinaBSL

J’adore son travail sur la matière et la forme, et je suis particulièrement fière de la côtoyer, puisqu’il se trouve qu’Alina est ma prof de création (et oui, je vais vous faire un 3615MAVIE dès que j’ai 5 minutes pour vous en parler !) ! Et soyez certains que ce n’est pas de la « lèche » ! Je suis réellement fan, tant du travail que de la personne, toujours souriante et enthousiaste et si inspirante !

alina1 alina2

Bref, je vous laisse contempler son travail !

Alina6

Alina5

Alina3

Ici, une photo d’Alina et de sa magnifique parure de vernissage : 

Alina4

Et n’oubliez pas de passer à la galerie BSL, qui expose nombre d’autres artistes contemporains talentueux. Vous ne regretterez pas la visite, c’est promis !

Galerie BSL, 23 rue Charlot 75003 Paris