Sortie parisienne à la galerie Elsa Vanier

Sortie parisienne à la galerie Elsa Vanier

La galerie Elsa Vanier invite Claire Wolfstirn, une de ses créatrices permanentes, pour une exposition personnelle qui a commencé le 3 octobre et se poursuivra jusqu’au 26 novembre.

Les œcréations de Claire Wolfstirn, (dont la bague « Herbes Folles » fut choisie comme emblème des Circuits Bijoux à Paris), se distinguent notamment par la finesse de la découpe du métal, une recherche d’équilibre dans la géométrie et un graphisme « élaboré pour épouser le corps« , souligne la Galerie.

Designer industriel et graphiste, Claire Wolfstirn s’est tournée par la suite vers le bijou. « Son intérêt pour la matière l’amène à travailler le métal à l’extrême. Ses créations témoignent de recherches formelles exigeantes, d’un graphisme dynamique et de réflexions sur la force et la fragilité
ainsi que sur le rapport au corps« . Claire Wolfstirn enseigne par ailleurs à l’AFEDAP. Plusieurs de ses créations ont été exposées au musée des Arts Décoratifs à l’occasion de l’exposition « Dans la ligne de mire, scènes du bijou  contemporain en France » en 2013, dont je vous avais parlé ici.

Quelques créations, très représentatives de son travail de découpe justement :

Claire Wolfstirn

Claire Wolfstirn

claire-wolfstirn-2-2 claire-wolfstirn-3-2 claire-wolfstirn-6-1

Et quelques autres travaux que je trouve personnellement magnifiques :

Claire Wolfstirn

Claire Wolfstirn

claire-wolfstirn-4-5 claire-wolfstirn-4-7 claire-wolfstirn-4-8 claire-wolfstirn-4-9 claire-wolfstirn-5-1

« La créatrice a récemment pris le parti de pièces plus grandes qui lui permettent de rendre plus visible le jeu de vibration et de lumière créé par les découpes sur le métal. Pièces sobres, mystérieuses et poétiques« , explique encore la galerie.

La Galerie Elsa Vanier se situe 7 Rue du Pré aux Clercs, 75007 Paris, France.

 

Publicités
Gemmyo fait son tour du monde

Gemmyo fait son tour du monde

La nouvelle collection de Gemmyo fait la part belle aux voyages. Sous l’impulsion de sa directrice de création, Fanny Boucher, « grande voyageuse qui a longtemps vécu en Inde, achète ses pierres à Anvers et Bangkok« , entre autres pays visités, la marque lance une ligne de 9 nouvelles bagues, baptisée Wanderlust (bougeotte en français).

Gemmyo, bague New York

Gemmyo, bague New York

Légères et épurées, elles portent chacune le nom du lieu qu’elles symbolisent : New-York, Naples, Delhi ou encore Miami…

Gemmyo, bague Ischia

Gemmyo, bague Ischia

Toutes les bagues Wanderlust sont disponibles en argent, or blanc, or jaune et or rose.

Gemmyo, bague Syracuse

Gemmyo, bague Syracuse

Et, détail qui ne gâche rien, elles sont à petit prix : de 85 euros pour New York en argent à 295 euros pour Syracuse en or rose.

GemmyoJaipur

Personnellement, je craque pour cette si jolie bague Naples. Et vous, quelle est votre préférée?

Gemmyo Naples

Gemmyo Naples

Il va falloir attendre…

Il va falloir attendre…

Attendre quoi au juste ? La parution de l’ouvrage « Piaget Horlogers et Joailliers depuis 1874 « . Un livre qui retrace l’histoire et le savoir-faire de Piaget, « mais aussi les années ou l’audace et la créativité étaient les maîtres-mots des créations horlogères et joaillières« ,  souligne le communiqué. Et le 14 novembre, date annoncée de la publication, ça semble loin, loin, loin, pas vrai ?

Cela étant, j’ai de la chance puisque je peux vous montrer quelques pages dudit ouvrage, révélées en France en exclusivité mondiale par la célèbre Maison :

PIAGETDouble_A_droite PIAGETDouble_A_gauche

Piaget Horlogers et Joailliers depuis 1874

Piaget Horlogers et Joailliers depuis 1874

« Faire toujours mieux qu’il n’est nécessaire », telle est la devise de la Maison Piaget, dont les qualités ont su séduire nombre d’artistes de Dali à Warhol, en passant par Arman, Hans Erni ou Pierre & Gilles, et sublimer les femmes les plus élégantes du monde (Liz Taylor, Jackie Kennedy, Marisa Berenson, Ursula Andress).

Forcément, il sera question de montres, mais pas seulement. Et, pour autant, je dois avouer que depuis ma visite à la Biennale 2014 au Grand Palais, je voue un culte à leurs montres-manchettes, de toute beauté. Mais trève de bavardages, reprenons…

Les témoignages d’Yves Piaget et des artisans, soutenus par les photographies de pièces somptueuses et d’ateliers présents dans l’ouvrage, ont pour objectif d’emporter le lecteur dans les coulisses de la Maison, née en 1874 à la Côte aux Fées, petit village du Jura Suisse.

Piaget Horlogers et Joailliers depuis 1874

Piaget Horlogers et Joailliers depuis 1874

L’ouvrage a été écrit par Florence Müller, diplômée de l’Institut d’art et d’archéologie et de l’École du Louvre. Ancienne directrice et conservatrice de l’Union française des arts du costume au musée des Arts de la Mode, elle est commissaire d’expositions, enseignante, notamment à l’Institut français de la mode, et auteur d’ouvrages sur la mode.

Les photographies sont quant à elles signées de Steve Hiett, grand maître de la photographie, qui  s’est imposé dans l’univers de la mode dans les années 1970, avec un imaginaire bien particulier et un art du flash qui sont devenus sa signature ; et Philippe Garcia, qui apporte son regard singulier sur la nature morte et traite ses objets comme des sculptures.

 

Piaget Horlogers et Joailliers depuis 1874

Piaget Horlogers et Joailliers depuis 1874

PIAGETp132_SFJan20142800

Edité par La Martinière, l’ouvrage sera en vente à partir du 14 novembre 2014.

En cadeau bonus, et comme j’ai pu me balader sur le site de Piaget, quelques vidéos que je trouve très intéressantes. Dont celle-ci sur le sertissage :

Ici, une autre, également de toute beauté sur la gemmologie :

Une troisième qui s’intéresse plus particulièrement au travail du métal :

Et une dernière, qui traite plus particulièrement de la créativité et de la recherche créative :

De quoi vous faire patienter un peu avant la sortie de l’ouvrage !

 

 

 

 

Le bijou où on ne l’attend pas !

Le bijou où on ne l’attend pas !

Pour une nouvelle originale, c’est une nouvelle originale ! Peugeot, oui, le constructeur automobile, via son Peugeot Design Lab, a créé des bijoux, inspirés du concept-car Onyx. Preuve, si besoin était, que l’inspiration vient de partout ! Mais, avant toute chose, voici en image, ledit concept-car :

Concept-car Onyx de Peugeot

Concept-car Onyx de Peugeot

Une fois que l’on a ce modèle en tête, l’idée créative ou en tout cas le résultat de la recherche créative devient assez évident.

En effet, les créations, des sautoirs au design facetté, comme pixélisé, sont composés d’un alliage de cuivre doré et d’onyx véritable entièrement taillé à la main.

Ligne Onyx de Peugeot

Ligne Onyx de Peugeot

Pendentif Onyx goutte Peugeot Avenue

Pour encore plus de corrélations entre l’automobile et cette ligne de bijoux du futur, l’écrin de ces créations comporte une feuille de Newspaperwood, matériau conçu à partir de journaux recyclés et présent dans le concept-car Onyx. La ligne Onyx est disponible chez Peugeot Avenue, au 136 Avenue des Champs-Elysées, Paris VIII au prix de 690 €.

Une chouette initiative, de la part d’un constructeur pas si traditionnel, finalement !

Wallace Chan, artiste total

Wallace Chan, artiste total

Difficile de parler de joaillerie contemporaine sans faire une incursion dans l’univers déjanté de Wallace Chan. Or je réalise que, si je l’ai déjà évoqué, notamment lors de l’article sur ma visite de la Biennale 2014 au Grand Palais, je ne me suis jamais arrêtée sur ce prodige de la joaillerie chinoise.

 

Wallace Chan

Wallace Chan

Originaire de Hong-Kong, Wallace Chan s’est d’abord orienté dans la sculpture et dans l’étude des pierres. Après 20 ans passés comme sculptueur, il décide de voyager à travers l’Europe. Il apprend alors à maîtriser les techniques du camée et de l’intaille, avant de lancer, dans les années 80, le « Wallace Cut », une image taillée, utilisant les techniques du camée, de l’intaille et de la taille de pierres. Une technique innovante, qui donne un rendu « holographique » à ses créations. A ce moment, sa carrière prend un tournant qui le verra se consacrer à la taille de pierres précieuses et au bijou.

 

Le "Wallace Cut"

Le « Wallace Cut »

Wallacecut2

Après une « parenthèse bouddhiste », qui le verra réaliser des sculptures monumentales pour divers monastères de 1996 à 2000, il revient à la taille de pierres et à la haute joaillerie. Il étudie alors non seulement la taille, mais la structure, la lumière, la composition, la couleur des pierres et des matériaux etc. C’est à BaselWorld 2007 que sera dévoilé le fruit de ses recherches, une joaillerie en titane, ce métal devenant une des pièces maîtresses de ses collections.

Pour en avoir vu de mes yeux, je confirme que sa technique est assez extraordinaire, donnant des reflets « scarabée » au métal, ou l’impression de sa fusion imminente. Le spectacle est simplement majestueux.

Wallace Chan

Wallace Chan

WChan11

Cet amoureux de la nature lui rend très souvent hommage à travers ses créations, et sa virtuosité, alliée à une imagination débridée et à une parfaite maîtrise technique, rendent ses créations à la fois poétiques et exaltées. Tantôt inquiétants,tantôt euphoriques, ses bijoux sont à chaque fois des prouesses et, j’imagine, des défis pour tous les créateurs de haute joaillerie.

Wallace Chan

Wallace Chan

WChan5 WChan6

Comme tous les créateurs, il a aussi des détracteurs, ce qui n’est pas mon cas, vous l’aurez compris. Je trouve pour ma part ses réalisations époustouflantes et surtout inspirantes, vivantes, vibrantes, colorées, joyeuses. La haute joaillerie avait peut-être besoin d’un personnage comme celui-là pour entrer dans le 21ème siècle.

Wallace Chan

Wallace Chan

WChan4 WChan7 Wchan9 WChan10 WChan11 WChanbiennale WChanbiennale2

 

Cartier à la bonne heure

Cartier à la bonne heure

Souvenez-vous, il y avait déjà eu ce film magique, L’Odyssée, lancé par la maison Cartier en 2012, qui emportait le spectateur dans un univers onirique et poétique. Signé du français Bruno Aveillan, le spot de 3,30 minutes (un vrai court-métrage) a totalisé quelque 160 millions de « visionneurs ». Il marquait en grande pompe les 165 ans de la célèbre marque

Et puis la même histoire avait été déclinée en version conte de Noël, moins « écrite » certes, mais absolument craquante :

La Maison récidive cette semaine avec un nouvel opus publicitaire, axé cette fois sur le savoir-faire horloger de la marque, mettant en scène les modèles qui ont fait le succès de Cartier – notamment la « pendule mystérieuse », notre favorite -, et qui le feront sans aucun doute encore longtemps. Le spot, de 90 secondes cette fois, est toujours signé de Bruno Aveillan. On y retrouve les incontournables de la marque : Paris, la nuit, la panthère, et quelle panthère! Je vous laisse la découvrir :

Ici, des liens sur mes autres articles sur Cartier. Lors de l’expo au Grand Palais (, , et )  et plus récemment sur leur partenariat avec Grace of Monaco, d’Olivier Dahan, .